Archives du mot-clé Mad Men

LE PERE NOEL MIGRANT

Samedi 21 décembre 19

Au cinéma, pendant les pubs, le citoyen Lambda ferme les yeux. « Pour ne pas voir ça » et s’amuser à deviner le produit (parfum, voitures, vacances, mutuelles) rien qu’à la musique et aux stéréotypes des dialogues.

Là une nième pub avec le Père Noël. Mais celle-ci le présente comme étranger sans papier qui passe les frontières et qu’il faut savoir accueillir. « A force de regarder ce qui nous sépare, on oublie de voir tout ce qui nous rassemble». Lambda ouvre les yeux : c’est une pub pour Coca-Cola !

Il a l’impression d’être plongé dans le dernier épisode de Mad Men. Il ne peut qu’être admiratif devant le Don Draper qui a frappé ce slogan mais, en refermant les yeux, il se demande si cette minute de bonne conscience suffira à faire de la marque incarnant depuis toujours la mondialisation yankee un parangon d’altermondialisme.

A moins qu’il ne s’agisse seulement de faire rager les rageux (ceux qui boivent du Calva plutôt que du Coca) et parler les autres ?

THE BEAT OF HIS OWN DRUM

Samedi 11 mai 19

J’aime bien les jeunes énergumènes dans son genre, dont l’actualité n’est déjà plus tout à fait celle des autres. 

Alors que tous ses potes sont plongés jusqu’au cou dans la dernière saison de Games of Thrones, lui se délecte de Mad Men avec plusieurs années de retard, ou plusieurs années d’avance sur sa classe d’âge.

Il écoute aussi en boucle le dernier titre d’un jeune groupe de ma génération plein d’avenir :

« When the levee breaks » de Led Zeppelin.

« Si la pluie continue à tomber, la rambarde va s’écrouler 

Et si la rambarde s’écroule, j’aurai plus nulle part où aller».

Il trouve que cette chanson de 1971 est l’une de celles qui lui parle avec le plus d’à propos des catastrophes à venir.

« He marches to the beat of his own drum », comme dirait de lui la mère de Sally à John Bonham.

Ceux qui marchent au rythme de leur propre tambour, je crois que ce sont les seuls qui n’iront pas tout droit au désastre.