Archives du mot-clé Citoyen Lambda

LA VAGUE VERTE (ET SES LIMITES)

Dimanche 28 juin 20

Lyon, Bordeaux, peut-être Marseille, beaucoup d’autres métropoles gagnées par les écologistes et, à Paris, une maire rose de plus en plus verte. Le citoyen Lambda jubile du résultat inespéré pour lui des municipales 2020. Mais il n’a pas besoin de moi pour nuancer, il le fait de lui-même : 

Lire la suite LA VAGUE VERTE (ET SES LIMITES)

DIFFERENTES FINS DE LA MEME PERIODE

Samedi 27 juin 20

J’ai saisi lundi dernier que cette étrange période était bien terminée en entendant les enfants de l’école primaire voisine crier dans la cour : ils étaient manifestement tous de retour (et je me suis rendu compte qu’ils m’avaient manqué). Lambda, c’était un peu plus tôt, en entendant deux automobilistes s’insulter. Ulysse, ce sera ce soir, en retournant au ciné, même s’il n’y a pas grand-chose à voir. Le simple fait de s’asseoir dans une salle de cinéma devient une perspective délectable en soi.

Que va-t-il rester de tout ça, à part l’habitude de sortir un masque de son sac pour le mettre sur son nez lorsqu’on rentre dans un commerce et l’abaisser sous son menton immédiatement après ?

Lire la suite DIFFERENTES FINS DE LA MEME PERIODE

LES DEUX AVIS DU CONSEIL SCIENTIFIQUE

Dimanche 26 avril 20

Le citoyen Lambda a fait un Skype tout à l’heure avec ses copains, à l’heure de l’apéro. Il a attaqué bille en tête le professeur Normal :

« Toi qui as foi, comme moi, dans les déclarations de notre président, tu croyais avoir compris que le gouvernement Macron s’appuyait pour prendre des décisions raisonnées sur l’avis du conseil scientifique ?

– Ce n’est pas ça ?

Lire la suite LES DEUX AVIS DU CONSEIL SCIENTIFIQUE

NOEL 2019

Mardi 24 décembre 19

Dans cette église d’une petite ville bourgeoise, la foule des grands soirs déborde même sur le parvis. Le citoyen Lambda, passant sur le trottoir, se demande s’il y avait autant de monde l’année dernière.

Trois troufions « Vigie Pirate » armés d’une mitraillette déambulent sur le trottoir. Triste monde, se dit Lambda, celui où il faut protéger les temples les soirs de célébration.

Une rombière en retard prend le temps de leur glisser à voix haute en passant : « Merci, messieurs, pour tout ce que vous faites !». Elle a l’air très satisfaite de son importance.

Les cloches se mettent à sonner.

Lambda rentre chez lui, en se demandant ce qui est le plus significatif de la France d’aujourd’hui dans cette petite scène ordinaire : la foule débordant de l’église, les militaires ou la remarque de la rombière?

LE PERE NOEL MIGRANT

Samedi 21 décembre 19

Au cinéma, pendant les pubs, le citoyen Lambda ferme les yeux. « Pour ne pas voir ça » et s’amuser à deviner le produit (parfum, voitures, vacances, mutuelles) rien qu’à la musique et aux stéréotypes des dialogues.

Là une nième pub avec le Père Noël. Mais celle-ci le présente comme étranger sans papier qui passe les frontières et qu’il faut savoir accueillir. « A force de regarder ce qui nous sépare, on oublie de voir tout ce qui nous rassemble». Lambda ouvre les yeux : c’est une pub pour Coca-Cola !

Il a l’impression d’être plongé dans le dernier épisode de Mad Men. Il ne peut qu’être admiratif devant le Don Draper qui a frappé ce slogan mais, en refermant les yeux, il se demande si cette minute de bonne conscience suffira à faire de la marque incarnant depuis toujours la mondialisation yankee un parangon d’altermondialisme.

A moins qu’il ne s’agisse seulement de faire rager les rageux (ceux qui boivent du Calva plutôt que du Coca) et parler les autres ?

« DANS LA RUE AUJOURDHUI…

… pour ne pas être à la rue demain. »

Et puis « Pas de planète, pas de retraite ». Et le plus rigolo :

Sur le recto, le gilet jaune a écrit : « Sans nous, tout s’écroule ». Un visage tendu de statue républicaine, à la Rude.

Evidemment, en ce jeudi 5 décembre 19, sur la place de la République, à Paris, le lot habituel de slogans et de trouvailles linguistiques. Mais, quand même, c’est une manif bizarre.

Lire la suite « DANS LA RUE AUJOURDHUI…

SABORDAGE

Dimanche 13 octobre 19

Le professeur Normal est un fan des Liégeois du Collectif Mensuel, qu’il a découvert il y a deux ans, déjà au Théâtre 71 : il avait adoré « Blockbuster », qui s’amusait à détourner des séquences cultes de blockbuster pour raconter une insurrection urbaine et pour faire dire à ces images hollywoodiennes exactement le contraire de la vision dominante qui les avait produites : non pas l’acceptation du monde tel qu’il est mais la révolte. Et dans un mode de production exactement inverse : jouissif de voir le cinéma à grands moyens détourné par le théâtre de bricolage.

Ils vont encore plus loin avec Sabordage : traitant ce qui est à leurs yeux le « seul thème qui vaille actuellement » : la catastrophe. Et les moyens d’y survivre.

Lire la suite SABORDAGE

LA CONFUSION DES LUTTES

Samedi 21 septembre 19

Le Citoyen Lambda n’a pas pu participer à la marche pour le climat : il avait, nous dit-il, « un rendez-vous urgent avec lui-même » (au terme d’une rapide enquête, nous découvrons que c’est ainsi qu’il appelle faire une sieste).

Il avait demandé de le représenter à sa fille, Graine-de-moutarde, et à ses trois amies, en leur recommandant d’être prudentes, car il avait lu que 7500 policiers seraient lâchés dans les rues.

Des participants à la marche pour le climat à Paris, le 21 septembre 2019
Photo Zakaria ABDELKAFI. AFP
Lire la suite LA CONFUSION DES LUTTES