Archives du mot-clé réforme du lycée

LES E3C

Vendredi 31 janvier 20

Le professeur Normal rentre à pied de la Comédie Française (où il a emmené ses élèves voir un spectacle) jusqu’au RER des Halles. Rue Saint-Honoré, il croise un groupe de jeunes gens de bonne famille en train de parler manifestement de leur futures épreuves d’E3C (le tout nouveau contrôle continu). L’un d’entre eux déclare, en haussant les épaules : « Pas de problème, moi, je sais déjà tous mes sujets et tous mes corrigés ! ». Ses copains trouvent que c’est « vraiment n’importe quoi ».

Le professeur estime ces godelureaux assez ingrats par rapport au ministre. Ils pourraient être plus sensibles à l’incroyable réussite de ce nouveau bac : si tu es un peu débrouillard, même plus besoin de le passer pour être sûr de l’avoir réussi !

Je suis 0,1%

Jeudi 23 janvier 20

Il paraît que le ministre Blanquer aurait déclaré sur France Inter que 99,9% des enseignants soutenaient sa réforme ; aussitôt le professeur Normal et tous ses collègues ont signé la pétition : « Je suis 0,1% ».

Dans la salle des profs, il lui semble que c’est au contraire l’hostilité à la réforme qui n’est pas loin d’atteindre les 99,9 % et que la moindre déclaration supposée du ministre est maintenant perçue comme une provocation.

Lire la suite Je suis 0,1%

L’ILE AU TRESOR

Vendredi 11 octobre 19

Lundi dernier, journée traditionnelle de projection « Lycéens au cinéma » à l’espace 1789 de Saint-Ouen. Les cinéphiles du lycée déjeunent tous ensemble au « Montmartre », le petit resto près de l’église. Le professeur Normal se dit qu’il est heureux de faire partie de cette petite équipe qui prend plaisir à se retrouver et à parler cinéma.

L’année dernière, il avait été littéralement ébloui par Makala, le documentaire d’Emmanuel Gras. Cette année, il a un coup de cœur pour L’île au trésor de Guillaume Brac : un autre documentaire, sorti l’année dernière, en 2018, et qu’il avait manqué à l’époque. Brac filme la saison d’été dans la base de loisirs populaire de Cergy, regardant et écoutant les ados dragueurs, les enfants resquilleurs, les familles, les adultes solitaires, les gardiens, les animaux, le lac, le soleil, la pluie.

Lire la suite L’ILE AU TRESOR

LE SOMMET DE PEDAGOGIE

Vendredi 21 juin 19

Norman Normal m’a dit qu’il avait été heureux de se lever à l’aube pour assister à une réunion préparatoire à la correction du bac. « Ainsi, m’a-t-il expliqué, j’ai eu la chance d’assister à un sommet de déma, euh, de pédagogie. ». Il m’a ensuite livré quelques morceaux choisis de cet échange mais il m’a demandé de ne pas les rapporter ici. Il était sensible à la prudence de l’inspecteur qui leur avait interdit de transmettre une quelconque trace écrite des recommandations qu’il leur prodiguait.

-Ah bon, pourquoi ?

-Pour éviter qu’elles ne se retrouvent dans la presse.

-Ce serait mal ?

-Je ne sais pas, m’a-t-il avoué, après quelques instants de réflexion. Peut-être que l’opinion publique est moins accoutumée que le corps professoral à la déma, je veux dire, à la pédagogie.

-Tu n’exagères pas un peu ?

-Si, bien sûr, tu me connais. Mais entendre des professeurs de français se battre les flancs pendant trois quarts d’heure pour arriver à se persuader qu’écrire à une épreuve du bac vingt-cinq lignes de description sur Las Vegas bourrées de fautes de langue valait 10, excuse-moi, je ne parviens pas à m’y faire. Laisser un élève de filière technologique ne pas être capable d’écrire trois lignes sans faire dix fautes d’accord, c’est le condamner à un métier où il n’aura jamais à écrire. Il sera technicien, et pas ingénieur. Hé bien, c’est parfait, qu’il reste à sa place, le front collé contre le plafond de verre! Nous n’allons quand même pas lui transmettre les connaissances qui lui permettraient de péter plus haut que son derrière ? Ainsi, nous pouvons contribuer en toute bonne conscience à la perpétuation de cette ségrégation sociale, qui fait le charme de notre pays et de son éducation nationale. Et tout sera pour le mieux dans le meilleur des Las Vegas.

-Tu n’es pas un peu contradictoire ? Il y a quelques jours, tu te désolais que tes élèves soient passés à côté de la poésie, et aujourd’hui tu veux réduire l’enseignement du français aux règles de l’orthographe et de la syntaxe ?

-Les deux. Je voudrais que l’enseignement soit les deux. Ouvrir au sens de la beauté mais aussi transmettre les codes de l’expression écrite et orale à ceux qui, par leur famille, ne les possèdent pas. C’est notre mission sociale sacrée. Est-ce que nous la respectons ? Regarde la réforme : elle introduit l’étude de la langue au lycée, ce qui prouve bien qu’elle n’est pas assimilée au collège, et qu’il y a un gros problème. Dieu sait si je ne suis pas dupe des objectifs comptables de Blanquer (réduire les heures et les postes), mais sur ce plan-là au moins il prend acte de la faillite du système. Nous devrions avoir honte devant ce candidat de lui coller un 10 au bac pour une copie qui prouve si manifestement qu’il ne sait pas accorder un sujet et un verbe. Nous devrions lui présenter nos excuses. L’imposture ne vient pas de lui, mais de nous !

-Et ça, tu veux bien que je l’écrive ?

-Pourquoi pas ? Ce ne sont pas les recommandations officielles d’un inspecteur zélé mais les récriminations officieuses d’un prof de base ronchon. Rien de plus.