Archives du mot-clé Philippe Brunet

LE QUOTIDIEN

(25-31 mars 2019)

1.

Agnès Varda est morte aujourd’hui, à l’âge de 90 ans. Elle est restée l’esprit clair jusqu’au bout, tournant un documentaire (que je n’ai pas vu) il y a encore quelques mois et s’exprimant à la radio. Elle a éclairé de sa petite flamme d’artiste jusqu’à l’instant de s’éteindre et c’est beau.

Ulysse se souvient de son éblouissement, lorsque, dans sa jeunesse, il avait découvert Cléo de 5 à 7, l’audace narrative de cette déambulation d’une femme angoissée et joyeuse à travers les rues de Paris jusqu’au parc Montsouris. D’une telle spontanéité qu’il avait eu l’impression de voir ressurgir devant lui, qui ne les avait pas vécues, les années 60. Celui des films de la Nouvelle Vague qui a le moins vieilli ?

Lambda, lui, se souvient des Glaneurs et la Glaneuse. L’acuité et la noblesse de ce regard posé sur des gens qu’il n’avait jamais vraiment regardés. Une façon modeste mais subversive de faire de la politique.

Les plages d’Agnès, que le professeur Normal se réjouissait de faire découvrir à ses élèves de Lycéens au cinéma il y a quelques années. Ils avaient détesté. Choqués par le lent travelling arrière révélant le sexe en érection d’un homme nu, ennuyés par les trop nombreuses allusions à des artistes inconnus, comme Jacques Demy, Gérard Philippe, ou Jim Morrisson, rebutés par la construction erratique. Cette vieille femme était-elle un peu trop libre pour ces jeunes gens?

Une des choses que j’aimais le plus, c’était sa voix off, cette façon naturelle et haut perchée de raconter en analysant, sans être ennuyeuse. Je l’ai encore dans l’oreille. Une voix qui savait transformer le quotidien en aventure vitale. Le lendemain, les radios repassent des émissions en hommage. Je l’entends dire : « Quand je n’ai pas d’idée, je sors dans la rue. Et je tourne un documentaire. »

2.

Leurs trois enfants adultes prennent en main l’organisation du vélotrip : l’un s’occupe du calendrier, l’autre, à partir de son expérience de l’année dernière, énumère le matériel indispensable, la plus jeune s’est saisie d’un ordinateur pour prendre des notes. Ils les écoutent comme des enfants : avec admiration et confiance. Avec attendrissement aussi.

3.

Partout sur les dalles du jardin les perce-oreilles marchent accouplés deux par deux. Un symbole de la conjugalité ou un moyen spécifique de reproduction ? Il lui semble même avoir repéré un trio. Malheureusement, il devait aller bosser : il n’a pas pris le le temps de vérifier si l’amour libre et le refus des conventions sociales existaient aussi dans la nature.

4.

Il paraît que 60% des radars ont été détruits depuis le début du mouvement de protestation des Gilets Jaunes contre le racket de l’état. Et que l’un des premiers résultats tangibles de cette crise française est l’augmentation du nombre de tués sur les routes.

5.

Les branches du cerisier sont couvertes de pelotes de fleurs aussi épaisses que du coton, et si étincelantes qu’elles illuminent même dans la nuit. Cet arbre est à l’apogée de sa beauté. Mais, déjà, l’on s’aperçoit, si l’on plisse les yeux, que le moindre souffle de vent éparpille les pétales.

ESCHYLE RACIALISTE?

Le CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France) a réussi à empêcher le 25 mars 2019 une mise en scène des Suppliantes d’Eschyle, mise en scène par la compagnie Démodocos de Philippe Brunet, qui devait avoir lieu à la Sorbonne. Ghyslain Vedeux, le président du CRAN, titre sur son site avec un sens remarquable de la nuance : « Black Face : propagande coloniale à la Sorbonne ». Il écrit que « la grande majorité des étudiants de cet établissement refusent d’être associés à cette propagande afrophobe, colonialiste et raciste. ». Il dénonce le blackface comme « une pratique issue de l’esclavage colonial, qui consiste pour une personne blanche à se grimer en noir. »

Le black face des racistes américains est évidemment une pratique répugnante, le CRAN a bien raison de le dénoncer, et de critiquer ceux qui l’importent en France sans être conscients de ses origines et de ses implications. Mais quel rapport avec Eschyle, avec Les Supppliantes et avec Brunet ? Ce qui navre Lambda, c’est que Vedeux reproche aux blackfaceurs français leur ignorance mais qu’il fait preuve de la même tare vis-à-vis de la pièce qu’il met ici en cause.

Les Suppliantes, sans doute la plus ancienne des tragédies grecques conservées, date du tout début du 5ième siècle avant JC, elle est donc légèrement antérieure, si les informations de Lambda sont exactes, au début de la colonisation de l’Afrique par l’Europe chrétienne, oh rien de très significatif, juste deux mille ans. Les Suppliantes raconte l’histoire de femmes à la peau sombre, les Danaïdes, nées en Egypte, qui cherchent à échapper au mariage forcé avec les Egyptiades et viennent demander l’hospitalité à un roi grec à la peau pâle. Mais elles exigent ce devoir sacré au nom d’une origine commune (elles venaient originellement d’Argos). C’est donc l’un des premiers pas (encore modeste) que fait un auteur antique pour penser l’idée que l’universalité humaine dépasse les différences de couleur de peau et qu’il y a quelque chose qui nous réunit tous, quelle que soit notre apparence. Par ailleurs, cette tragédie très ancienne entre en résonnance forte avec des problématiques contemporaines : la liberté des femmes, le mariage forcé, l’hospitalité à accorder aux réfugiés, les valeurs humaines sur quoi fonder la politique, même au risque de la guerre. A ces questions qui se posent à nous aujourd’hui avec une urgence désespérante, Eschyle propose des réponses, qui sont des réponses grecques, antiques : elles ne nous dispensent pas de chercher les nôtres, au contraire, elles nous aident à prendre conscience de cette absolue nécessité.

Eschyle est donc totalement étranger, et pour cause, à cette pratique répugnante du blackface, ainsi qu’à toute « propagande afrophobe, coloniale et raciste », pour reprendre les termes mêmes de Ghyslain Vedeux. Philippe Brunet, le metteur en scène, qui n’est évidemment pas un raciste, mais un humaniste, a eu raison de montrer visuellement, en accord avec le texte d’Eschyle et avec les codes du théâtre antique, la différence de couleur de peau entre les Grecs et les Danaïdes. Ce qui est beau, ce qui est fort, ce qui est profond, ce qui est humain, dans la pièce d’Eschyle, c’est justement que ces femmes au masque noir exigent l’hospitalité de ces hommes au masque blanc (qui n’ont au départ aucune envie de la leur accorder et qui préfèreraient qu’on les laisse bien tranquilles dans leur confort). Et elles le font au nom de valeurs communes (même si ces valeurs communes de l’antiquité sont différentes des valeurs communes de notre modernité, celles que nous avons mis des siècles à penser et avec lesquelles nous avons encore manifestement tellement de mal à accorder nos actes).

Pour toutes ces raisons, le CRAN et son président se seraient grandis

1) à lire la pièce d’Eschyle au lieu de la condamner sans la connaître

2) à voir la mise en scène de Brunet ou à entamer le dialogue avec lui au lieu de le vilipender pour de mauvaises raisons

3)à ne pas faire d’amalgame stupide entre cette pièce antique et de navrantes soirées d’étudiants d’école de commerce ou des photos ridicules de footballeur déguisé (sans doute par admiration) en basketteur américain, comme ils le font sur leur site en lieu et place d’une analyse culturelle un peu approfondie

et 4) à soutenir la représentation d’une œuvre qui justement tient un propos humain et non pas xénophobe. Mais évidemment, pour tout cela, il aurait fallu connaître la pièce, prendre le temps de s’informer, ce qui est un peu plus long, un peu moins facile, un peu moins rentable en termes de buzz que de lancer la polémique.

Bien sûr, se dit Lambda, on pourrait sourire de cette histoire mais elle est symbolique de ce qui est en train de se passer en France : l’importation brute de polémiques hargneuses. Le politiquement correct peut verser dans le même simplisme que le racisme qu’il prétend dénoncer, et c’est triste. Ne faudrait-il pas au contraire que l’antiracisme se montre supérieur au racisme, non seulement d’un point de vue moral (ce qui est incontestablement le cas de Ghyslain Vedeux et du CRAN) mais aussi d’un point de vue intellectuel ? Qu’il se montre plus cultivé, plus profond, plus nuancé, plus ouvert à la complexité, bref plus universel que ses minables adversaires ? Le combat de l’antiracisme contre le racisme, ce doit être le combat de l’intelligence contre la bêtise, pas le combat d’une bêtise contre une autre.

Danger de toute polémique : réagir vite, sans connaître, en simplifiant, en n’ayant pour focale que l’actualité, sans aucune perspective historique. Tentons, se dit Lambda, de trouver une autre voie : le blackface des racistes américains est une pratique honteuse mais Eschyle n’est pas racialiste et Brunet ne fait pas de propagande coloniale. Continuons au contraire à lire cette œuvre fondatrice, soutenons sans faiblir ceux qui veulent la monter, encourageons aussi par notre attention de spectateurs tous les auteurs qui tenteraient aujourd’hui d’écrire l’urgence et les difficultés du devoir contemporain d’hospitalité. Parce que ce devoir nous confronte à notre humanité même.